Étude : Plus de seniors en entreprise ? C’est bien, mais pas dans la mienne


Partager sur
Étude : Plus de seniors en entreprise ? C’est bien, mais pas dans la mienne

Paris, le 28 mars 2024

Comment sont perçus les salariés seniors par l’ensemble des salariés ? Plutôt positivement : 76% jugent les seniors compétents, et 69% les trouvent soigneux dans leur travail. Même s’ils sont largement perçus comme démunis face aux nouvelles technologies, 59% des salariés estiment qu’augmenter le taux d’emploi des seniors serait positif… mais 30% des jeunes, et 38% des cadres, affirment que cela ne peut pas se faire dans leur entreprise ou leur métier. Telles sont les conclusions de l’étude menée par Review Jobs, spécialiste du recueil et de l’analyse d’avis de salariés.

Patronat et syndicats négocient actuellement les dispositions permettant d’augmenter le taux d’emploi des seniors, toujours plus faible en France que dans les autres pays européens. Mais qu’en pensent les salariés eux-mêmes ? Comment les générations travaillent-elles ensemble, que s’apportent-elles ? Telles sont quelques-unes des questions que Review Jobs, spécialiste du recueil et de l’analyse d’avis de salariés, a posé à 1058 personnes, du 9 au 12 mars 2024.

Parmi les principaux enseignements de cette enquête

Des seniors jugés compétents et adeptes du travail bien fait… surtout par les jeunes

Interrogés sur la façon dont ils perçoivent les salariés senior, 69% des répondants les estiment soigneux dans leur travail, et 76% compétents. A noter que les salariés de moins de 25 ans se montrent, encore plus que la moyenne des répondants, d’accord avec ces affirmations (respectivement 71% et 78%). De leur côté, les cadres dirigeants estiment, plus que tous les autres (79%), les salariés seniors compétents… alors que les intéressés ne se définissent ainsi qu’à 74% ! De même, seuls 40% des plus de 55 ans se disent créatifs dans leur travail, alors que la moyenne des salariés leur attribue cette qualité à 44%.

Inversement, des seniors plus à l’aise avec les nouvelles technologies que ce qu’en perçoivent les plus jeunes

Pour 40% des salariés, et 48% des cadres dirigeants, la cause est entendue : les salariés seniors se trouveraient démunis face aux nouvelles technologies. Les plus de 55 ans, eux, ne sont que 37% à se considérer comme tels. De même, 31% des jeunes salariés jugent les seniors incapables de s’adapter aux nouvelles façons de travailler (télétravail, projets collaboratifs, assouplissement des rôles hiérarchiques…) et 29% des employés et ouvriers partagent ce sentiment. Alors que les seniors, eux, ne sont que 18% à se sentir décalés face à ces évolutions du monde professionnels. Autre divergence : seuls 9% des seniors se disent peu intéressés par les idées nouvelles… alors que 21% des cadres dirigeants les jugent fermés à la nouveauté.

Ces mêmes cadres dirigeants se montrent, par ailleurs, globalement plus sévères que tous les autres répondants à l’égard des seniors : par exemple, 51% d’entre eux jugent les salariés seniors plus souvent fatigués ou malades, contre 24% pour la moyenne des répondants. Et 39% de ces cadres dirigeants jugent les seniors incapables de comprendre les attentes de salariés plus jeunes… opinion partagée par seulement 13% des moins de 25 ans.

Des cadres dirigeants plus sévères à l’égard des seniors… dont ils font eux-mêmes partie

« Cette différence de perception, liée autant la hiérarchie qu’à l’âge, nous semble un élément marquant de cette enquête, souligne Nicolas Marette, fondateur de Review Jobs. D’autant que les cadres dirigeants, âgés de 50 ans en moyenne1, se classent le plus souvent eux-mêmes dans la catégorie des seniors… et se montrent donc paradoxalement plus sévères avec leurs collègues du même âge. Pour nous, cela tient surtout au fait que ces dirigeants doivent faire travailler ensemble différentes générations, et ne semblent pas persuadés que la collaboration entre générations puisse se passer sereinement. C’est également à ces cadres dirigeants qu’incombe de financer, sur leur budget, le salaire de ces seniors, souvent plus élevé que celui des jeunes salariés ».

Malgré ces différences d’appréciation, 42% des salariés -et 44% des moins de 25 ans – estiment que travailler avec un salarié senior ne demande pas d’effort d’adaptation particulier aux plus jeunes. Pour 47% des répondants, les relations professionnelles se définissent avant tout en fonction du contexte et des personnalités, et non de l’âge.

Augmenter le taux d’emploi des seniors : une bonne idée, mais pas dans leur entreprise, pour 30% des jeunes

Alors, chacun se sentirait-il prêt à une présence accrue des seniors dans le monde du travail ? Sur le principe, oui : 59% des personnes interrogées considèrent que les seniors apportent un regard intéressant dans l’entreprise, et qu’augmenter leur taux d’emploi constituerait un progrès… mais 30% des jeunes, et 38% des cadres, estiment que, même s’il s’agit d’une bonne idée, elle ne peut pas s’appliquer à leur métier ou à leur entreprise : pour eux, les seniors ne parviendraient pas à y trouver leur place.

« On se trouve face à une situation paradoxale, reprend Nicolas Marette : les salariés seniors sont jugés globalement compétents, efficaces et investis dans leur travail… mais près d’un tiers des jeunes estiment que, malgré ces qualités, un senior ne pourrait pas s’adapter au contexte spécifique de leur entreprise. Cela s’explique, à notre sens, par une forte méconnaissance : 44% des sondés déclarent ainsi que les seniors représentent moins de 10% des effectifs de leur entreprise, ils les côtoient donc peu. Travailler ensemble au quotidien permettra sans doute à tous de se forger une vision plus réaliste de la place des seniors au travail ».

1Étude Heidrick & Struggles 2022

Contact presse

Constance Legrand – Beyond 
[email protected]
06 79 98 30 92

5/5 - (1 vote)
Cliquez ici pour découvrir l'offre Blog marque employeur